Prix sur demande

 

 

Origine : R.D. Congo

Provenance : collection privée belge

H : 14,5 cm

"Les masquettes en bois, principalement de l'arbre muntonko (Alstonia), ont généralement un visage blanchi et une barbe de fibre (luzelu, traditionnellement non en raphia, mais en fibres de lukusa liana, Manniophytum fulvum ou Cordia abyssinica). La barbe est fixée avec une corde à travers plusieurs trous qui courent autour du bord inférieur du masque. Le front et les bords présentent généralement une patine brune brillante.

La masquette en bois est l'un des insignes les plus importants d'un initié masculin de deuxième grade, lutumbo lwa yananio. Il existe cependant certains groupes où  tous les initiés de ce grade ne sont pas en possession d'une masquette, mais seulement  une seule personne au nom des initiés de sa famille élargie ou du patrilineage sur cinq générations. Dans quelques zones même, ce type de masquette n'existe pas du tout.

 

La masquette est transférée et acquise pendant le rite lukwakongo du grade lutumbo lwa yananio. Elle  est transmise au parent patrilinéaire ou matrilinéaire choisi pour « assurer la succession», lorsque le propriétaire actuel de la masquette décède, passe au niveau supérieur kindi ou acquiert certaines fonctions spéciales au sein du grade yananio.

 

La masquette est conservée dans une besace avec d’autres insignes et gardé dans sa maison par sa femme kalonda initiée. Lorsqu'un yananio meurt, il est enterré dans la maison de sa femme kalonda. Son masque est placé sur la tombe avec d'autres accessoires.

 

Dans les rites yananio, les masquettes sont généralement présentées en groupe, c'est-à-dire que chaque yananio participant doit apporter sa masquette à l'initiation et l'arborer au moment exigé. Dans les manifestations de groupe, les masquettes peuvent être attachées à un tissu blanc, portées fixées à la coiffe, maintenues contre le front ou sous le menton, placées en tas sur le sol, les barbes se touchant, portées dans les mains, traînées ou balancées par leur barbe , ou encore fixées à une claie spécialement construite à cet effet. Au cours d’une de ces exhibitions, les masquettes peuvent être manipulées par les femmes initiées kalonda en présence de leurs maris à qui elles les remettent finalement.

Parfois,une seule masquette peut être placée sur un haut poteau dans un rite yananio rare. De temps en temps, une masquette apportée par un précepteur  apparaît brièvement dans un rite de  grade inférieur un peu comme un avant-goût de plus grandes choses à venir.

 

A la différence des figurines anthropomorphes et de nombreuses sculptures d'animaux, les masquettes en bois n'ont pas de nom individuel. Lukwakongo (dans certaines régions tulimu) est le terme générique pour toutes.

 

Un rite dans lequel la masquette illustrée p. 73, Cat. 17 (Tervuren 55.3.1412) s'est produite, donne une idée de la complexité des significations véhiculées par les lukwakongo dans le contexte de l'initiation. Au cours de ce rite, trente-cinq initiés de lutumbo lwa yananio ont participé et trente-cinq masquettes étaient présentes. Aucune distinction spécifique n'a été établie entre les masques; ils étaient traités comme une seule unité, tous exprimant un ensemble commun de valeurs."*

*Daniel P. Biebuyck,Ethics and Beauty Lega in the Heart of Africa,Bruxelles, 2002,p. 71

Masquette Lega Lukwakongo

SKU : MsqLega15420
0,00 €Prix